Publicités

Archives de Tag: Prix Nobel

Discours de réception du prix Nobel par Friedrich Hayek

hayek_nobelIl y a quarante ans, jour pour jour, Friedrich Hayek recevait le prix Nobel d’économie à Stockholm. (Voir mon article précédent sur la polémique avec Gunnar Myrdal, le co-récipiendaire du prix).

La Falsification de la science

Par Friedrich Hayek (1899-1992)

 Conférence à la mémoire d’Alfred Nobel, le 11 Décembre 1974

L’occasion particulière de cette conférence, de même que le principal problème pratique auquel les économistes sont aujourd’hui confrontés, ont rendu le choix de son sujet presque inévitable. Lire la Suite →

Publicités

« La route de la servitude » : autopsie d’un livre culte

hayek-friedrich-economie-liberalisme-2777390-jpg_2408623_652x284
Il y a soixante-dix ans, Friedrich A. Hayek publiait son célèbre manifeste contre les totalitarismes. Un ouvrage toujours d’actualité.

Par MATHIEU LAINE*

Contre toute attente, 2014 pourrait bien être l’année Hayek. Nous célébrons en effet cette année les 70 ans de « La route de la servitude ». Un « livre politique », comme l’auteur l’annonce lui-même en ouverture de cet ouvrage culte, publié en 1944. Lire la Suite →

Esclandre à Stockholm. Quand Hayek recevait son prix Nobel il y a 40 ans.

Nobel prizeFriedrich Hayek et Gunnar Myrdal ont reçu leur prix Nobel d’économie en 1974, il y a tout juste 40 ans. Chez eux, tout s’opposait : leurs personnalités et leurs convictions.

Source : Jean-Philippe Bidault, Si l’argent m’était conté…, 2012.

A Stockholm, la nuit est descendue depuis plusieurs heures. Le personnel s’affaire encore dans la salle bleue de l’Hôtel de ville alors qu’arrivent les premiers invités.

Un homme à l’allure juvénile — on lui donne moins de trente ans — les accueille. Grand, droit, en habit, l’ordre du Séraphin en écharpe, et à la boutonnière celui de l’Etoile polaire, il s’apprête à serrer mille trois cents mains. Il se livre à l’exercice pour la deuxième fois. Un an plus tôt, sans entraînement, il lui avait fallu près d’une heure et demie. Cette fois, le chambellan lui a demandé d’essayer de tenir en une heure. Une poignée toutes les trois secondes. Pas facile, surtout avec ces femmes qui, se croyant à Londres, pensent bien faire en esquissant une révérence à leur façon. Mais Charles Gustave, sportif passionné, veut relever le défi. Lire la Suite →

%d blogueurs aiment cette page :