Publicités

Archives de Tag: Friedrich A. Hayek

Discours de réception du prix Nobel par Friedrich Hayek

hayek_nobelIl y a quarante ans, jour pour jour, Friedrich Hayek recevait le prix Nobel d’économie à Stockholm. (Voir mon article précédent sur la polémique avec Gunnar Myrdal, le co-récipiendaire du prix).

La Falsification de la science

Par Friedrich Hayek (1899-1992)

 Conférence à la mémoire d’Alfred Nobel, le 11 Décembre 1974

L’occasion particulière de cette conférence, de même que le principal problème pratique auquel les économistes sont aujourd’hui confrontés, ont rendu le choix de son sujet presque inévitable. Lire la Suite →

Publicités

« La route de la servitude » : autopsie d’un livre culte

hayek-friedrich-economie-liberalisme-2777390-jpg_2408623_652x284
Il y a soixante-dix ans, Friedrich A. Hayek publiait son célèbre manifeste contre les totalitarismes. Un ouvrage toujours d’actualité.

Par MATHIEU LAINE*

Contre toute attente, 2014 pourrait bien être l’année Hayek. Nous célébrons en effet cette année les 70 ans de « La route de la servitude ». Un « livre politique », comme l’auteur l’annonce lui-même en ouverture de cet ouvrage culte, publié en 1944. Lire la Suite →

La France et le marché : les sources philosophiques d’une incompatibilité d’humeur

jean-pierre-dupuyQuelle est la source de l’ordre social ? L’État ou le marché ? Telle est une des grandes problématique de la philosophie sociale.

Dans cette conférence faite à l’Académie des sciences morales et politiques, Jean-Pierre Dupuy* défend l’idée que les philosophes français depuis le XVIIIe siècle ont été aveugles à l’idée de libre marché et à sa dynamique auto-régulatrice. « Je voudrais montrer qu’une certaine incompatibilité d’humeur ne fait qu’un avec l’incapacité à penser l’autotranscendance du social ».

Dupuy rappelle les sources de cette incapacité française. Il remonte à Rousseau, à travers la critique qu’en fait Benjamin Constant au XIXe siècle.

Puis il rappelle l’analyse de Friedrich Hayek au XXe siècle, sa mise en cause, du cartésianisme et du rousseauisme de la Révolution française, du positivisme d’Auguste Comte et du Saint-Simonisme de l’Ecole Polytechnique. La physique et l’ingénierie sociales érigées au rang de religion ne pouvaient mener selon lui qu’à ce qu’il nommera, dans son dernier livre, la « présomption fatale » du socialisme.  Lire la Suite →

Friedrich A. Hayek : Nouveaux essais de philosophie, de science politique, d’économie et d’histoire des idées

Hayek nouveaux essaisFriedrich A. Hayek : Nouveaux essais de philosophie, de science politique, d’économie et d’histoire des idées

Par Damien Theillier

Les Nouveaux Essais [1], publiés dans la collection que dirige Alain Laurent aux Belles Lettres, font suite aux Essais, déjà traduits par Christophe Piton dans la même collection en 2007 [2].

Ce volume contient un ensemble de 25 articles de Hayek datant pour l’essentiel du début des années 70 et qui ont formé la base de son grand ouvrage de synthèse Droit Législation et Liberté, publié en trois tomes dans les années 80. Il s’agit souvent de textes de conférences prononcées à diverses occasions. Le propos y est concis, pédagogique. Rien de tel pour s’initier à la pensée de l’un des plus grands et des plus originaux penseurs du libéralisme contemporain. Un penseur original, en effet, capable de surprendre son lecteur, de le conduire à ses conclusions par des chemins insoupçonnés, prenant toujours à revers la pensée dominante. Parmi les nombreux thèmes qui composent l’ouvrage, nous en retiendrons trois principaux : la critique du rationalisme constructiviste, la critique de la justice sociale et la critique de Keynes. Lire la Suite →

%d blogueurs aiment cette page :