Contre l’économie d’État. Par Frédéric Bastiat (1850)

Contre l’économie d’État. Par Frédéric bastiat ecnonomie detatBastiat, Paris, juin 2014, Berg International. Postface de Damien Theillier

Extrait :

Ces textes font partie d’un recueil de Frédéric Bastiat intitulé : Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas, datant de 1850. Nous reproduisons ici l’introduction ainsi que les parties II, III, IV, V, VIII, IX et XII[1] de cet essai qui en comprend douze à l’origine.

Frédéric Bastiat (1801-1850) est un économiste et homme politique français, fort méconnu en France, bien que reconnu comme un auteur de première importance dans de nombreux autres pays. Il fut le contemporain d’Alexis de Tocqueville, auprès de qui il siégea à l’Assemblée nationale.

L’étymologie grecque du mot économie, qui repose sur oikos (la maison) et sur nomos (la règle) évoque la « tenue du ménage » autrement dit, l’art de régler l’activité de la famille de sorte que ses ressources suffisent à ses besoins. On peut donc définir l’économie comme la science des actions humaines, en particulier des choix que l’homme fait pour lutter contre la rareté.

Qu’est-ce qu’une économie d’État ? C’est une doctrine économique qui consiste essentiellement à justifier l’intervention de l’État dans la production et la distribution des biens.

Or la grande leçon de Frédéric Bastiat de cette série de textes, c’est que l’intervention de l’État a des effets pervers que l’on ne voit pas. Seul le bon économiste est capable de les prévoir.

Autrement dit, toute décision politique constitue un acte économique. L’économie contemporaine exprime cette idée dans le concept de « coût d’opportunité », c’est-à-dire la valeur de ce à quoi on renonce au moment de faire un choix. La différence nette de résultat entre plusieurs opérations envisageables, mettant en œuvre les mêmes ressources données s’appelle un « coût d’opportunité ». Le coût d’un choix doit donc être comparé au coût d’un autre choix possible pour savoir s’il y a eu augmentation nette ou diminution nette de la richesse. Et c’est exactement ce qui correspond à « ce qu’on ne voit pas ». Car toute action, tout choix, comporte une partie visible et une partie invisible. La partie visible c’est le choix réalisé. La partie invisible c’est l’action à laquelle on a renoncé en faisant un choix. Tout choix implique un renoncement.

Par conséquent une « bonne » décision ou une « bonne » politique est une politique qui coûte moins à la société que ce qu’une autre allocation des ressources aurait pu lui coûter. Aussi faut-il juger l’efficacité d’une politique non seulement sur la base de ce qui arrive, mais aussi sur la base des alternatives qui auraient pu se produire.

Par exemple, dans « Droit au travail – Droit au profit », Bastiat explique : « Ce qu’on voit, c’est le travail et le profit permis par la cotisation sociale. Ce qu’on ne voit pas, ce sont les travaux auxquels donnerait lieu cette même cotisation si on la laissait aux contribuables. » Pour faire un bon calcul économique, il faudrait prendre en considération les emplois et les richesses qui auraient pu être créés si les contribuables avaient pu dépenser leur argent comme ils le souhaitaient au lieu de payer des taxes. Le calcul économique doit établir la relation entre ce qui existe et ce qui aurait pu exister si un autre choix avait été fait.

Chaque fois que nous évaluons l’impact d’un programme gouvernemental sans tenir compte de ce que les contribuables auraient fait à la place, avec l’argent qu’on leur a enlevé en impôt, on succombe à l’illusion politique et fiscale. Et la plupart de ces illusions ne survivent pas à la distinction de Bastiat entre ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas.

Ainsi, nous dit-il, c’est une illusion de croire que le gouvernement peut « créer des emplois » car pour chaque emploi public créé il détruit un emploi sur le marché. En effet, les emplois publics sont payés par les impôts. Les emplois publics ne sont pas créés, ils sont perçus. De plus, en supprimant un emploi qui répond aux besoins et aux désirs des consommateurs, on le remplace par un emploi qui sert les objectifs des seuls politiciens.

Tout euro dépensé par l’État doit nécessairement être obtenu par un euro d’impôt ou de dette. Si nous envisageons les choses sous cet angle, les soi-disant miracles des dépenses de l’État nous apparaissent sous un tout autre jour.

[1] Le licenciement, L’impôt, Théâtres, Beaux-Arts, Travaux publics, Les Machines, Crédit, Droit au Travail et Droit au Profit.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :