Pourquoi y a-t-il des riches et des pauvres ?

why-nations-failCette question est fondamentale de nos jours, car beaucoup croient que la richesse serait simplement le fruit du vol et que les pauvres seraient les victimes de l’exploitation des riches. Cette thèse centrale de Marx est au cœur de l’analyse politique de certains intellectuels comme Michel Onfray, Étienne Chouard ou Jean-Claude Michea. Ces derniers dénoncent, parfois avec brio, le système corrompu de la démocratie représentative, de la dette publique et des abus de pouvoir. Mais ils ont tendance à tout mettre sur le dos des riches.

La réalité est plus complexe. C’est ainsi que dans la poursuite du profit, ils ne voient que l’attrait du gain, un attrait qu’ils condamnent comme coupable. Mais ils ne voient pas dans le bénéfice le baromètre du service rendu, qu’il est en économie de marché. Car ces contempteurs du marché se représentent la richesse comme un gâteau qu’on se partage : ce que l’un prend, l’autre le perd. Et si l’on prend la plus grosse part, on laisse aux autres les plus petites. À ce compte là, en effet, seule une autorité supérieure pourrait rétablir la justice en égalisant par la redistribution forcée les parts du gâteau.

Mais cette conception des choses est radicalement fausse et témoigne d’une ignorance des lois de fonctionnement d’une économie de marché. Certes, dans une économie libre, les revenus sont inégaux, mais les possibilités qu’ont les gens de se sortir de la pauvreté extrême sont très grandes parce qu’on peut gagner en servant les intérêts d’autrui et que la richesse des uns bénéficie nécessairement aux autres. Le libre marché est un formidable mécanisme naturel de redistribution des richesses.

La liberté économique permet aux individus d’utiliser librement leurs dons pour créer de la valeur et servir les autres. En retour, le profit est la juste récompense d’un service rendu. Elle crée donc une société harmonieuse, fondée sur l’échange mutuellement bénéfique et le consentement volontaire. Au contraire, une économie dirigée dans laquelle le sacrifice de l’intérêt personnel est la condition de l’intérêt général, conduit à l’égalité dans la misère.

La question de la richesse et de la pauvreté s’applique aussi aux relations internationales. Ainsi, dans un livre paru récemment, Why Nations Fail (2012, Crown Business, 509 p.), Daron Acemoglu, Professeur d’économie au MIT, et James Robinson, Professeur de sciences politiques à Harvard, s’efforcent d’expliquer les écarts de revenu et de niveau de vie entre les Occidentaux et la plupart des Africains, des Sud-Américains ou des Indiens. Selon eux, l’origine des inégalités dans le monde est institutionnelle. Leur thèse centrale est que « les pays diffèrent économiquement parce que leurs institutions, c’est-à-dire les règles qui influencent la façon dont une économie fonctionne et les incitations qui motivent les individus, diffèrent. » (p. 73).

Cette thèse est largement inspirée des travaux de l’historien de l’économie Douglas North, prix Nobel d’économie 1993. Ce dernier est un pionnier des recherches sur les conditions institutionnelles de la croissance (Structure and Change in Economic History, 1981), ce que l’on appelle aujourd’hui l’analyse économique des institutions. C’est en s’intéressant aux causes de la croissance économique européenne que Douglas North fut conduit à cette conclusion : les institutions ont un rôle primordial dans la croissance, en particulier la propriété privée.

Car elles fournissent une information sur le comportement probable des autres individus. Des institutions efficaces permettent de réduire les coûts de transaction inéluctables puisque l’information n’est pas gratuite. Ces réductions de coûts vont stimuler la croissance économique. Friedrich Hayek, estimait qu’un bon économiste est un économiste qui ne s’intéresse pas uniquement à l’économie.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :