CITATIONS

Advertisements

7 Réponses

  1. Selon Huxley, la démocratie serait une dictature ? Socrate s’en retournerait dans sa tombe !

  2. Ah… vous ignorez que Socrate a été assassiné par une démocratie ?

    1. Voilà justement un épisode qui m’a beaucoup marquée : bien qu’en terminale C, j’ai fait du Grec jusqu’au bout et j’ai un souvenir particulier de la Prosopopée des Lois. Socrate disait qu’Athènes l’avait condamné mais comme c’était la loi, il s’y pliait. Je trouvais à l’époque qu’il était terriblement conciliant avec ses accusateurs, mais ça a malgré tout laissé chez moi des traces légalistes dont j’ai du mal à me défaire.

      1. L’esclave se demande si c’est légal, l’homme libre se demande si c’est juste.
        https://nicomaque.com/2013/11/10/doit-on-obeissance-aux-lois-de-son-pays-par-christian-michel/

      2. Suite à ce commentaire, j’ai écrit un article avec Damien Theillier qui a aussi été publié sur Nicomaque et par l’Institut Coppet :
        https://leblogdenathaliemp.com/2015/09/06/socrate-vs-snowden-suffit-il-dobeir-aux-lois-de-son-pays-pour-etre-juste/

  3. Oui c’est un texte très problématique et qui laisse songeur car Socrate invoque sa fidélité aux lois de la cité et donc une obéissance inconditionnelle à l’État, dans le Criton, pour justifier son refus de fuir. Il sacralise les lois et donc l’État. Par là, il exprime la conception très « paternaliste » de l’État, qui était celle des Anciens (et qu’on retrouve chez Rousseau ou Hegel plus tard).

    La conception moderne et libérale de l’État considère l’État comme une création de ses membres qui, antérieurement à lui, sont réputés libres et autonomes. Selon la conception moderne et libérale, l’État sert les fins des membres, et non l’inverse.

    Entre les deux, le christianisme a désacralisé l’État en affirmant l’idée qu’il n’est pas la loi suprême. Dès lors, une obéissance inconditionnelle à celui-ci n’est plus légitime. Dans son livre ‘Le vrai génie du christianisme’, le professeur Jean-Louis Harouel écrit : « La disjonction chrétienne du politique et du religieux constitue la source du succès de l’Occident. C’est d’elle qu’est née la liberté de l’individu, laquelle est à l’origine non seulement des libertés publiques européennes mais encore de la dynamique occidentale. C’est en effet à la désintrication du spirituel et du temporel, à la dissociation du sacré et du profane, qu’il faut rapporter l’invention par l’Europe occidentale – et non par d’autres grandes civilisations – du progrès technique et du développement économique, dont bénéficie aujourd’hui une grande partie de l’humanité. L’avènement de la science et de la technique moderne est certes un miracle européen, mais plus profondément encore un miracle chrétien ».

    Pourtant, il y a déjà des éléments de cette doctrine chez le Socrate de Platon. Dans l’Apologie de Socrate (29d), ce dernier avoue à ses juges que s’ils l’acquittent à la condition qu’il ne pratique plus la philosophie, il aurait malgré tout continué à philosopher car il croit qu’il est plus juste d’obéir à la divinité qu’aux lois. Et on trouve aussi, un peu plus tard à Rome, chez Cicéron, une doctrine de la loi naturelle qui consiste à reconnaître la suprématie des lois du cosmos (et donc de la Raison) sur les loi de la cité. C’est le cosmopolitisme des stoïciens.

  4. Tocqueville avait tout compris. Je trouve ce texte magnifique : « Il existe une loi générale qui a été faite ou du moins adoptée, non pas seulement par la majorité de tel ou tel peuple, mais par la majorité de tous les hommes. Cette loi, c’est la justice. La justice forme donc la borne du droit de chaque peuple. Une nation est comme un jury chargé de représenter la société universelle et d’appliquer la justice, qui est sa loi. Le jury, qui représente la société, doit-il avoir plus de puissance que la société elle-même dont il applique les lois ? Quand donc je refuse d’obéir à une loi injuste, je ne dénie point à la majorité le droit de commander ; j’en appelle seulement de la souveraineté du peuple à la souveraineté du genre humain. » (Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :