Publicités

Archives de Catégorie: vidéo

Séminaire sur l’école autrichienne à Stanislas

séminaire école autrichienne

1ère conférence, Marian Eabrasu sur la théorie autrichienne des cycles :

Voir la vidéo et le diaporama ici

2ème conférence, Gabriel Gimenez-Roche sur Keynes à l’épreuve de Hayek :

Voir la vidéo ici

Publicités

Free to Choose en vostfr

Free to Choose ou La liberté du choix est à fois une série de dix émissions télévisées et un livre publié par Milton Friedman et sa femme Rose en 1980.

Benoît Malbranque, pour l’Institut Coppet, a traduit la première partie de l’émission.

Dans ce documentaire pédagogique, Friedman critique l’interventionnisme du gouvernement dans l’économie américaine, et défend un ambitieux programme de libéralisation, concrètement, secteur par secteur : éducation, travail, santé, monnaie.

La version française du livre est disponible sur le site internet de l’Institut Coppet  : http://www.institutcoppet.org/wp-content/uploads/2011/02/La-libert%C3%A9-du-c…

Le capitalisme est une condition nécessaire mais non suffisante de la liberté

Slavery colonization Milton Friedman

Free to choose vostfr (2e partie)

Responsibility to the poor

La vidéo ci-dessous est tirée d’un débat de 1978 entre Milton Friedman et les étudiants de l’Université Stanford. Dans un segment, le Dr Friedman reçoit une question sur la responsabilité du gouvernement concernant les pauvres. « De quelle liberté bénéficient les pauvres, quel est le degré de liberté des chômeurs, le degré de liberté des gens qui sont défavorisés ? Quel est le rôle du gouvernement ? »

Il répond calmement que ce n’est pas la responsabilité du gouvernement mais celle des gens.

« First of all, the government doesn’t have any responbility. People have responsibility. This building doesn’t have responsibility. You and I have responsibility. People have responsibility. Second. The question is how can we as people exercise our responsibility toward our fellow man most effectively. That’s the problem. »

Soudain, un étudiant crie : « Avez-vous déjà bénéficié de l’Etat providence … ou connu la pauvreté ? » ce qui implique qu’un économiste riche comme Milton Friedman, ne pourrait sympathiser avec les pauvres et ne pourrait donc pas prescrire un remède approprié .
Milton Friedman répond rapidement « bien sûr que non … mais c’est tout sauf pertinent. Y a t-il l’un de vous qui va dire que vous ne voulez pas un médecin pour traiter un cancer, sauf si lui-même a eu un cancer ? »

Citations :

« Government doesn’t have any responsibility. People have responsibility. »
« There has never been a more effective machine for eliminating poverty than the free enterprise system and the free market. »
« If you look at the real problems of poverty and the denial of freedom to people in this country, almost every single one of them is the result of government action. »
« We have constructed a governmental welfare scheme, which has been a machine for producing poor people. »

Brian Doherty on Friedman

Reason’s Brian Doherty, author of Radicals for Capitalism: A Freewheeling History of the Modern American Libertarian Movement, discusses the great Milton Friedman.

Undoubtedly the most successful and influential proponent of libertarian thought in the 20th century, Milton Friedman, died last night at age 94. His successes as both a technical economist and libertarian polemicist are enormous. We can thank him, in large part, for happy events from the elimination of the draft to the conquest of inflation. Just a quick note now–his impact was staggering, and there could never be enough words said in praise of him.

http://reason.com/archives/2006/11/16/milton-friedman-1912-2006

function fbs_click() {u=location.href;t=document.title;window.open(‘http://www.facebook.com/sharer.php?u=’+encodeURIComponent(u)+’&t=’+encodeURIComponent(t),’sharer’,’toolbar=0,status=0,width=626,height=436′);return false;} html .fb_share_link { padding:2px 0 0 20px; height:16px; background:url(http://static.ak.facebook.com/images/share/facebook_share_icon.gif?12:26981) no-repeat top left; } Share on Facebook

Friedman et le libertarianisme

Selon Friedman, il existe deux versions différentes du libertarianisme. La version plus extrême est le libertarianisme déontologiste. Il repose sur un principe central : la non-coercition. Il est immoral d’imposer quoi que ce soit à quelqu’un d’autre. Le pouvoir coercitif de l’État est donc immoral en soi. (A ce propos, Friedman se trompe en attribuant ce point de vue à Ayn Rand plutôt qu’à Rothbard).
Mais il y a une seconde version du libertarianisme, c’est celle défendue par Friedman lui-même (mais aussi par Hayek) : le libertarianisme conséquentialiste. Un libertarien veut le gouvernement le plus limité et le moins intrusif possible, compatible avec la liberté maximale pour chaque individu de suivre son propre chemin, ses propres valeurs, tant qu’il n’interfère pas avec d’autres individus poursuivant leur propre liberté. C’est la théorie classique de l’Etat minimal.

La transcription de cet entretien (en anglais toujours) est à lire ici :
http://www.hoover.org/multimedia/uk/3411401.html

function fbs_click() {u=location.href;t=document.title;window.open(‘http://www.facebook.com/sharer.php?u=’+encodeURIComponent(u)+’&t=’+encodeURIComponent(t),’sharer’,’toolbar=0,status=0,width=626,height=436′);return false;} html .fb_share_link { padding:2px 0 0 20px; height:16px; background:url(http://static.ak.facebook.com/images/share/facebook_share_icon.gif?12:26981) no-repeat top left; }<a href="http://www.facebook.com/share.php?u= &raquo; target= »_blank » class= »fb_share_link » onclick= »return fbs_click() »>Share on Facebook

Free to choose

En 1980, Milton Friedman a tourné 10 documentaires pour la chaîne de télé PBS, intitulés: « Free to choose ».
Les émissions de Free to Choose connurent un très grand succès puisqu’elles furent diffusées dans presque tous les pays développés. Seule la France qui venait d’élire un président socialiste avec un programme d’union avec les communistes refusa de les diffuser

Le livre tiré de ces documentaires a été la meilleure vente (hors fiction) de l’année avec 400.000 exemplaires vendus sur l’année. Il a été traduit en douze langues, dont le français sous le titre La liberté du choix, publié en 1980 par Belfond.
Subdivisé en 10 chapitres, ce livre traite de l’utilisation abusive des pouvoirs de la Réserve fédérale lors de la Grande Dépression, du déclin des libertés individuelles, de l’éducation et enfin des dépenses publiques et des contrôles économiques. 

http://www.ideachannel.tv/

Voici le premier volet, sous-titré en français et introduit par Arnold (on aurait pu s’en passer, ce n’est pas du meilleur cru…) :

Free.to.Choose.Partie 1.VOST.Le Pouvoir du marché

Voir ici la page wikiberal sur Free to choose

function fbs_click() {u=location.href;t=document.title;window.open(‘http://www.facebook.com/sharer.php?u=’+encodeURIComponent(u)+’&t=’+encodeURIComponent(t),’sharer’,’toolbar=0,status=0,width=626,height=436′);return false;} html .fb_share_link { padding:2px 0 0 20px; height:16px; background:url(http://static.ak.facebook.com/images/share/facebook_share_icon.gif?12:26981) no-repeat top left; } Share on Facebook

Débat avec Galbraith Jr.

Ce débat sur le pouvoir du marché intervient à la suite de Free to Choose, la célèbre émission TV de Milton Friedman.

Milton Friedman Free to Choose 3 3

Freedom of Choice – Milton Friedman VOST

La musique est particulièrement énervante dans cette vidéo un peu trop hagiographique à mon goût… Je préfère un bon débat contradictoire. Et il y en a ! Friedman excellait à ce jeu…
Il y a ici une petite erreur de traduction : Au lieu de « Monsieur Gorbatchev… a cimenté ce monde», il faut comprendre : « Monsieur Gorbatchev… abattez ce mur. »




%d blogueurs aiment cette page :