Publicités

Archives de Catégorie: livre

15 livres à lire pour se cultiver cet été

Je vais diviser mon choix en trois catégories :

5 grands classiques incontournables + 5 livres récents à découvrir + 5 livres majeurs de la bibliothèque numérique de l’Institut Coppet (téléchargeables gratuitement ou achetables en version papier)

A] Cinq grands classiques des 100 dernières années à relire

Ces cinq livres sont parmi les livres les plus éclairants que j’ai pu lire en version français (je laisse de côté les livres non traduits). Sauf exception, ils ne sont pas connus en France, en dehors d’un petit cercle d’initiés.

Vous pouvez cliquer sur l’image de chaque livre pour accéder directement à Amazon.fr

Lire la Suite →

Publicités

Une recension de Capitalisme et liberté

A signaler : cette excellente recension de Capitalisme et liberté sur Contrepoints.org par Lexington :

Les idées de Milton Friedman connaissent en France le curieux paradoxe d’être rejetées par tous, sans que personne ne les connaisse vraiment, comme écrit dans un article paru sur Contrepoints l’année dernière. Grâce à la réédition de Capitalisme et Liberté aux éditions Leduc.s [1], c’est peut-être une anomalie qui va enfin changer.
En effet, Milton Friedman n’est aujourd’hui connu du grand public qu’à travers les réformes d’inspiration libéralemenées au Chili par des économistes qu’il inspira. Et l’extrême gauche d’immédiatement le cataloguer comme soutien de la dictature, fasciste ou autres anathèmes classiques. Pourtant, son apport économique comme sa pensée étaient d’une grande richesse, ce qui lui valut de nombreuses récompenses et un prestige mondial. Parmi tous ses écrits, Capitalisme et Liberté est l’une des plus belles pierres de l’édifice monumental que constitue l’apport de Milton Friedman à la pensée, et une réponse par avance aux critiques courantes qu’on lui adresse par ignorance.

Liberté économique et politique

Dans cet ouvrage à destination du grand public et vendu à plus d’un million d’exemplaires à travers le monde, Friedman revient sur les principaux points autour desquels tourne la question de l’action publique : monnaie, éducation, concurrence, réglementation, politique sociale, discrimination positive, etc. A travers tous ces cas, Milton Friedman dévoile les fondements de ses convictions et la philosophie sociale d’un auteur que l’on taxe à tort d’utilitarisme et qui ne verrait que le pendant économique de la liberté. Au contraire, ce que montre ce livre, c’est une pensée d’ensemble de la société, de la démocratie, de la liberté.

La traduction française de Capitalisme et liberté est à  nouveau disponible !
Préface d’André FOURÇANS.

« Un ouvrage clair et à la portée de tous : « Capitalisme et Liberté », où il explique comment le marché peut résoudre tous les problèmes dans lesquels les politiciens et les administrations s’embourbent : la promotion sociale par le travail, le mérite et l’esprit d’entreprise, la création d’emplois rémunérateurs et gratifiants, la qualité de l’école et de l’éducation, la sécurité des retraites et des assurances maladie, et enfin et non le moindre les libertés publiques – liberté de la presse, liberté d’expression et d’association. La liberté économique annonce et conditionne la liberté politique. » Jacques Garello

Table des matières :

Liberté économique et liberté politique
Le rôle du pouvoir politique dans une société libre
Le contrôle de la monnaie
Les arrangements financiers et commerciaux internationaux
La politique fiscale
Le rôle du pouvoir politique dans l’éducation
Capitalisme et discrimination raciale ou religieuse
Du monopole et de la responsabilité sociale du patronat et des syndicats
Les patentes professionnelles
La distribution et la redistribution des revenus
La politique sociale
L’aide aux économiquement faibles

Extrait de la préface d’A. Fourçans :
« Il convient pour commencer de rappeler que le livre a été écrit fin des années 1950-début des années 1960, et publié en 1962. Cette date n’est pas anodine. Elle correspond à une période où l’interventionnisme gouvernemental aux États-Unis, et partout ailleurs dans le monde industrialisé, était considéré comme indispensable à la stabilité et au bien-être des économies. C’est une période où la vision keynésienne de la politique économique, avec son attachement à l’activisme étatique, dominait la pensée non seulement des économistes mais aussi des hommes politiques. Et last but not least, le monde était en pleine Guerre froide entre les États-Unis et l’ex-URSS, et les débats sur les mérites du marché comparé à ceux de la planification – et plus généralement ceux du libéralisme par rapport à ceux du socialisme (voire du communisme) –, battaient leur plein.

Comme je l’ai dit, la pensée économique, mais aussi sociale et politique dominante, était outre-Atlantique en faveur des « libéraux » – le terme ayant ici une connotation différente de celle employée en Europe : dans notre vocabulaire les libéraux américains devraient plutôt être qualifiés de sociaux-démocrates ou même de socialistes selon le degré souhaité d’intervention de l’État. Le livre de Friedman, qui prenait des positions à contre-courant de cette pensée dominante, fut un vrai pavé dans la mare, même s’il mit un certain temps avant que ses ventes ne décollent.

Au cœur de son analyse : la liberté individuelle et la concurrence induite par des marchés ouverts doivent constituer les fondements de la « bonne société ». Ils fournissent une méthode puissante pour résoudre maints problèmes de société, et ce dans des domaines qui débordent des questions économiques au sens strict du terme. Bref, matière à perturber le confort intellectuel du moment. Et souvent celui d’aujourd’hui tant ces idées restent pour beaucoup sinon toujours d’une actualité certaine pour décortiquer et mieux comprendre de nombreuses grandes questions de ce début XXIe siècle, que l’on adhère ou non à la vision friedmanienne. »

function fbs_click() {u=location.href;t=document.title;window.open(‘http://www.facebook.com/sharer.php?u=’+encodeURIComponent(u)+’&t=’+encodeURIComponent(t),’sharer’,’toolbar=0,status=0,width=626,height=436′);return false;} html .fb_share_link { padding:2px 0 0 20px; height:16px; background:url(http://static.ak.facebook.com/images/share/facebook_share_icon.gif?12:26981) no-repeat top left; } Share on Facebook

Capitalism and freedom

Capitalism and Freedom a été publié dans plus de 18 langues et vendu à plus de 500 000 exemplaires.
Friedman y présente sa philosophie du libéralisme, la défense d’un Etat minimal, aussi peu centralisé que possible. Il retient le sens européen du terme libéralisme, le sens américain perverti depuis le New Deal, étant devenu synonyme de gauche sociale-démocrate.

Actuellement le livre est indisponible en français mais une réédition est en préparation. On peut pré-commander le livre sur amazon.fr

function fbs_click() {u=location.href;t=document.title;window.open(‘http://www.facebook.com/sharer.php?u=’+encodeURIComponent(u)+’&t=’+encodeURIComponent(t),’sharer’,’toolbar=0,status=0,width=626,height=436′);return false;} html .fb_share_link { padding:2px 0 0 20px; height:16px; background:url(http://static.ak.facebook.com/images/share/facebook_share_icon.gif?12:26981) no-repeat top left; }<a href="http://www.facebook.com/share.php?u= &raquo; target= »_blank » class= »fb_share_link » onclick= »return fbs_click() »>Share on Facebook

%d blogueurs aiment cette page :