Archives de Catégorie: f.bastiat

L’école de la liberté : découvrir Frédéric Bastiat en vidéo

bastiat-mooc

Pour suivre ce MOOC en bénéficiant des ressources complémentaires, des quizz et d’un espace de discussion en ligne, inscrivez-vous : http://www.ecoleliberte.fr/inscription/

bastiat-intro

Session 1 – Introduction (1) : Bastiat, ce génie méconnu
Session 2 – Introduction (2) : La vie et le contexte historique
I) Les influences
Session 3 – Adam Smith et Jean-Baptiste Say
Session 4 – Antoine Destutt de Tracy
Session 5 – Charles Comte et Charles Dunoyer
Session 6 – Cobden et la Ligue
II) Les adversaires
Session 7 – Rousseau
Session 8 – L’éducation classique
Session 9 – Le protectionnisme et le socialisme
Session 10 – Proudhon
III) Les sophismes économiques
Session 11 – Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas
Session 12 – La pétition des fabricants de chandelles
Session 13 – La spoliation par l’impôt
Session 14 – Les deux morales
IV) Les harmonies économiques
Session 15 – Le miracle du marché
Session 16 – La liberté et la responsabilité sont la clé du problème social
Session 17 – La puissance de la responsabilité
Session 18 – Vraie et fausse solidarité
V) La loi
Session 19 – Le droit de propriété
Session 20- La spoliation légale : une perversion de la loi
Session 21 – Le rôle de la loi et de l’État
Conclusion :
Session 22 – La postérité de Frédéric Bastiat

SUIVRE :

– Site Web: http://www.ecoleliberte.fr/
– Facebook: https://www.facebook.com/ecoleliberte/logo-ecole-de-la-liberte
– Twitter: https://twitter.com/Ecole_liberte

CHAINE YOUTUBE : http://bit.ly/2dq6tnI

A lire :

Frédéric Bastiat, La loi, précédée d’une introduction par Damien Theillier : « La Loi de Bastiat en cinq thèses fondamentales » (pdf). Acheter sur Amazon

Sur le magazine Contrepoints : Contre le conformisme éducatif, l’école de la liberté !

Un article du bloggeur H16 sur l’Ecole de la Liberté :

hastable

Advertisements

Les Jumeaux Tuttle étudient la Loi

TuttleVoici ma traduction d’un livre américain. Elle est en vente sur amazon.fr. Il s’agit d’une initiation à la philosophie du droit pour les enfants inspirée de Frédéric Bastiat. Avec de très belles illustrations et un texte attractif pour tout public.

J’ai rencontré l’auteur, Connor Boyack, lors d’un voyage aux Etats-Unis il y a un an. J’ai pensé qu’il fallait absolument que ce livre soit disponible en français. Frédéric Bastiat (1801-1850) est trop mal connu chez nous. La Loi, dont s’inspire ce livre, est un essai dans lequel l’économiste et député français du XIXe siècle soutient que la loi, dans une société libre, doit protéger les droits individuels et tout particulièrement le droit de propriété, source de paix et de prospérité.

On apprend souvent aux enfants que le gouvernement protège notre vie, notre liberté et nos biens, mais se pourrait-il que certaines lois autorisent effectivement des gens à nous nuire et à nous voler ? Avec Ethan et Emily Tuttle, découvrez ce qu’est la spoliation légale et l’importance des droits de propriété. Avec l’aide de leur voisin Fred, les jumeaux apprennent à identifier le mal qui ronge les gouvernements !

Acheter ici : http://www.amazon.fr/Jumeaux-Tuttle-%C3%A9tudient-Loi/dp/1943521018/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1444464018&sr=8-1&keywords=tuttle+jumeaux

Le site web américain du livre : http://tuttletwins.com/product/les-jumeaux-tuttle-etudient-la-loi/

Pour en savoir plus sur Bastiat

je m'appelle Frédéric Bastiat extrait tuttle Bastiat pour les enfants tuttle twins twins

Les lumières landaises. Bulletin du Cercle Frédéric Bastiat

Synthèse des conférences au 5e week-end de la liberté à Dax, en l’honneur de Frédéric Bastiat, député des Landes et lumière pour notre temps.

http://www.bastiat.net/IMG/pdf/lumiereslandaises_88_2_final.pdf

Vidéo de ma conférence

lumières landaises

#320

« Suffrage universel veut dire: suffrage universel des capables. Restent ces questions de fait: quels sont les capables? l’âge, le sexe, les condamnations judiciaires sont-ils les seuls signes auxquels on puisse reconnaître l’incapacité?
Si l’on y regarde de près, on aperçoit bien vite le motif pour lequel le droit de suffrage repose sur la présomption de capacité, le système le plus large ne différant à cet égard du plus restreint que par l’appréciation des signes auxquels cette capacité peut se reconnaître, ce qui ne constitue pas une différence de principe, mais de degré. »

— Claude-Frédéric Bastiat (1802 – 1850)

Source : La Loi (1848)

#180

« La propriété est un droit antérieur à la loi, puisque la loi n’aurait pour objet que de garantir la propriété. »

— Frédéric Bastiat

#179

« Détruire la concurrence, c’est tuer l’intelligence. »

— Frédéric Bastiat

#178

Il y a la spoliation extra-légale et la spoliation légale (…) Or, la spoliation légale peut s’exercer d’une multitude infinie de manières; de là une multitude infinie de plans d’organisation: tarifs, protection, primes, subventions, encouragements, impôt progressif, instruction gratuite, Droit au travail, Droit au profit, Droit au salaire, Droit à l’assistance, Droit aux instruments de travail, gratuité du crédit, etc. Et c’est l’ensemble de tous ces plans, en ce qu’ils ont de commun, la spoliation légale, qui prend le nom de Socialisme.

— Frédéric Bastiat

#177

« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. »

— Frédéric Bastiat

#176

« De tous les monopoles, le pire c’est celui de l’enseignement. »

— Frédéric Bastiat

#175

« En définitive, on arme le travail contre le capital ; tant mieux, si ces deux puissances sont antagoniques ; mais, si elles sont harmoniques, la lutte est le plus grand des maux qu’on puisse infliger à la société. »

— Frédéric Bastiat

Source : Oeuvr. compl. Paris, 1873, t. II, p. 29

#161

« Si j’avais le malheur de ne voir dans le capital que l’avantage de capitalistes, et de ne saisir ainsi qu’un côté, et, assurément, le côté le plus étroit et le moins consolant de la science économique, je me ferais Socialiste ; car de manière ou d’autre, il faut que l’inégalité s’efface progressivement, et si la liberté ne renfermait pas cette solution, comme les socialistes je la demanderais à la loi, à l’État, à la contrainte, à l’art, à l’utopie. »

— Frédéric Bastiat

Source : Gratuité du crédit (1847), t. 5, chap. Quatorzième lettre

#160

« Eh quoi ! est-il donc si difficile de laisser les hommes essayer, tâtonner, choisir, se tromper, se rectifier, apprendre, se concerter, gouverner leurs propriétés et leurs intérêts, agir pour eux-mêmes, à leurs périls et risques, sous leur propre responsabilité ; et ne voit-on pas que c’est ce qui les fait hommes ? Partira-t-on toujours de cette fatale hypothèse, que tous les gouvernants sont des tuteurs et tous les gouvernés des pupilles ? »

— Frédéric Bastiat

Source : Œuvres complètes (1870), t. 6, partie Harmonies Économiques, chap. Des Salaires

#159

« En vérité, réformateurs modernes, quand vous voulez remplacer cet ordre admirable par un arrangement de votre invention, il y a deux choses (et elles n’en font qu’une) qui me confondent : votre manque de foi en la Providence et votre foi en vous-mêmes ; votre ignorance et votre orgueil. »

— Frédéric Bastiat

Source : Œuvres complètes (1870), t. 6, partie Harmonies Économiques, chap. Capital

#158

« L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

— Frédéric Bastiat

Source : Journal des débats (1848)

#3

« Il faut le dire : il y a trop de grands hommes dans le monde ; il y a trop de législateurs, organisateurs, instituteurs de sociétés, conducteurs de peuples, pères des nations, etc. Trop de gens se placent au dessus de l’humanité pour la régenter, trop de gens font métier de s’occuper d’elle. »

— Frédéric Bastiat

Source : La Loi (1848)

V.O. : …

%d blogueurs aiment cette page :