Publicités

Capitalism: The Unknown Ideal

Capitalism: The Unknown Ideal. New York: New American Library, 1966.

Dans ce livre, Rand soutient que le capitalisme est le seul système économique et politique compatible avec la morale car il est basé sur les transactions volontaires et le respect des droits de propriété.

Table of Contents

  • Introduction
  • Theory and History
    • What is Capitalism?, Ayn Rand
    • The Roots of War, Ayn Rand
    • America’s Persecuted Minority: Big Business, Ayn Rand
    • Antitrust, Alan Greenspan
    • Common Fallacies About Capitalism, Nathaniel Branden
    • Gold and Economic Freedom, Alan Greenspan
    • Notes on the History of American Free Enterprise, Ayn Rand
    • The Effects of the Industrial Revolution on Women and Children, Robert Hessen
    • The Assault on Integrity, Alan Greenspan
    • The Property Status of Airwaves, Ayn Rand
    • Patents and Copyrights, Ayn Rand
    • Theory and Practice, Ayn Rand
    • Let Us Alone!, Ayn Rand
  • Current State
    • The Anatomy of Compromise, Ayn Rand
    • Is Atlas Shrugging?, Ayn Rand
    • The Pull Peddlers, Ayn Rand
    • “Extremism,” or The Art of Smearing, Ayn Rand
    • The Obliteration of Capitalism, Ayn Rand
    • Conservatism: An Obituary, Ayn Rand
    • The New Fascism: Rule by Consensus, Ayn Rand
    • The Wreckage of the Consensus, Ayn Rand
    • The Cashing-in: The Student Rebellion, Ayn Rand
    • Alienation, Nathaniel Brandon
    • Requiem for Man, Ayn Rand
  • Appendix

Un extrait à lire :

Altruisme et tribalisme

« Voici les raisons pour lesquelles la morale de l’altruisme est un phénomène tribal. Les hommes préhistoriques étaient incapables de survivre sans appartenir à une tribu pour se protéger contre les autres tribus. La cause de la perpétuation de l’altruisme dans les pays civilisés est d’ordre non physique mais psycho-épistémologique : les hommes relevant d’une mentalité non conceptuelle et dont le moi est atrophié sont incapables de sur-vivre sans la protection tribale contre la réalité. La doctrine du sacrifice de soi ne les offense pas : ils n’ont aucun sens du soi et de la valeur personnelle…

Est-ce qu’un homme est un être souverain propriétaire de sa propre personne, son esprit, sa vie, son travail et ses produits – ou est-il la propriété de la tribu (l’État, la société, la collectivité) qui peut disposer de lui comme il lui plaît, qui peut lui dicter ses convictions, prescrire le déroulement de sa vie, contrôler son travail et exproprier ses produits ? Est-ce que l’homme a le droit d’exister pour son propre compte – ou est-il né pour la servitude comme un esclave qui doit passer sa vie à l’acheter en servant la tribu? »
(Capitalism, the unknown ideal, 1965, p. 18)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :