Publicités

S’armer intellectuellement contre les sophismes. Manuel d’auto-défense.

Cette série est une bonne introduction aux règles de la réfutation des sophismes. Les exemples donnés ici à titre d’illustration sont parfois contestables mais ils n’invalident pas les règles. A chacun de trouver les exemples qui lui semblent les plus probants ou convaincants. Dans mes prochains articles, je proposerai une série d’exemples.appel aux émotions

manipulation de l'esprit

déduction erronnée

manipulation de contenu

confusion cause effet

a l'attaque

A lire également : L’art d’avoir toujours raison

Pour voir les images en un seul bloc, cliquez ici : https://nicomaque.com/la-philosophie/logique/les-sophismes/

1276_Rhetological-Fallacies_FR

Publicités

Une Réponse

  1. Je trouve ce tableau peu satisfaisant : d’une part parce que les exemples sont souvent mal choisis, d’autre part parce que la fausseté de certains exemple laisse croire que l’argument général est toujours faux.
    Je n’ai pas le temps de les reprendre tous, mais d’une façon générale ce tableau considère comme sophismes des arguments qui ne sont que rhétoriques.

    Par exemple :

    L’argument par la conséquence : il ne suffit par que je ne veuille pas croire à la conséquence, car cette conséquence peut- être absurde. On est alors devant une réfutation par l’absurde et non devant un sophisme. Si la conséquence n’est pas absurde, mais seulement contraire aux désir de l’interlocuteur, alors cela peut-être de la rhétorique. L’exemple donné est rhétorique : il est possible que le sénateur soit connu pour dire la vérité.

    Autre exemple : dans l’argument « raison de la majorité » l’argument ne fait pas appel à la majorité. C’est aussi le cas de l’argument « sauvetage ad hoc », l’exemple n’a rien à voir.

    Je trouve frappant l’argument de « l’appel à la nature » : il s’agit plutôt d’une amphibologie du mot « nature ». En soit, en appeler à la nature pour dire ce qui est naturel n’est pas sophistique, sauf si le mot nature change de sens.

    La pétition de principe est bien un sophisme, mais l’exemple donné n’est pas une pétition de principe…

    L’argument de ma pente savonneuse n’est malheureusement pas nécessairement sophistique, tout au plus rhétorique, car il est bien à craindre que si l’on s’engage dans une direction…

    Bref, à revoir de fond en comble :), car un sophisme suppose une erreur logique consciente.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :