Publicités

Transhumanisme et humanisme : ce qui est possible est-il toujours souhaitable ?

transhumaLe transhumanisme est un nouveau concept philosophique à la frontière de l’humanisme et des nouvelles technologies. Le transhumanisme est-il un humanisme ?

L’idée de fusionner l’homme et la machine est très populaires depuis depuis le XXe siècle, chez les auteurs américains de science-fiction par exemple. Plusieurs films illustrent ce thème : certains qui datent comme « Terminator » ou « Blade Runner » et d’autres plus récents comme « Transcendance », avec Johnny Depp.  Aujourd’hui c’est la Silicon Valley, Google en tête, qui relève le défi. Raymond Kurzweil, chef de projet chez Google, véritable star du transhumanisme aux USA, a fondé une université entièrement consacrée à la recherche dans ce domaine.

Les transhumanistes  préconisent l’utilisation des sciences et de la technologie afin d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales des humains. D’après eux, le corps humain se doit d’être un terrain d’expérimentation technologique pour lui éviter notamment le vieillissement et lui permettre d’acquérir des facultés supérieures dépassant la simple évolution biologique. Selon les penseurs de ce mouvement, la pensée est infinie tandis que le corps est limité. Il s’agit donc de libérer la pensée de ses limites corporelles. Et cela devient possible avec la convergence des technologies émergentes dites NBIC : nanotechnologies, biotechnologies, informatique (intelligence artificielle) et sciences cognitives. Dans cette perspective, l’idée même de la mort devient obsolète. Dualisme platonicien ou hédonisme ? Idéalisme ou matérialisme ?

Max More (philosophe du transhumanisme) a écrit : « Nous considérons l’humanité comme une étape transitoire dans le développement de l’intelligence. Grâce à la science, nous accélérerons notre transition d’une condition humaine à une condition transhumaine ou posthumaine.»

S’agit-il d’une folie ? D’une utopie ? Certains parlent d’eugénisme, de « meilleur des mondes », en référence à Huxley. Mais les enjeux mis en avant par les transhumanistes méritent un débat plutôt qu’un simple mépris. C’est d’ailleurs un thème qui peut constituer la matière d’un très bon sujet de philo tel que : « Ce qui est possible est-il toujours souhaitable ? »

La question porte sur les limites de ce qu’on peut faire avec l’humain. Si nous soumettons nos vies à des forces qui nous affranchissent de nos limites, ces mêmes forces risquent bien de nous asservir à leur tour. Par ailleurs, le projet de création d’un homme nouveau a de quoi inquiéter. C’était le rêve d’un autre humanisme, qui a fait faillite au siècle dernier : le communisme. Il nous faudra sans doute revenir à la question fondamentale : qu’est-ce que l’homme ?

google.cover.inddA lire :

Qu’est ce que le Transhumanisme ?
http://iatranshumanisme.com/a-propos/transhumanisme/quest-ce-que-le-transhumanisme-version-3-2/

Le transhumanisme est-il un humanisme ?

La déclaration Transhumaniste
http://iatranshumanisme.com/a-propos/transhumanisme/la-declaration-transhumaniste/

Quelques vidéos :

Faut-il avoir peur du transhumanisme ? Un philosophe s’inquiète

Un humain presque parfait : https://www.youtube.com/watch?v=yiMHz1_ZZSk

Un monde sans humains : https://www.youtube.com/watch?v=QkFRxbXbYdQ

Le transhumanisme et l’homme de demain : https://www.youtube.com/watch?v=7u9qW9xn5vY

Publicités

Une Réponse

  1. Dans la littérature, et l’audiovisuel, l’amélioration des capacités humaines n’est à ma connaissance pas questionnée. Elle semble couler de source. Je ne connais qu’un roman qui s’interroge, Artificial Kid de Bruce Sterling. Je l’ai lu il y a longtemps. Dans cet univers, les gens pouvaient vivre très longtemps. Ce qui avait une conséquence sur les mentalités des personnes âgées.
    Par contre, l’intelligence artificielle est très souvent questionnée. Dans le film Blade Runner, des androïds, supérieurs aux humains, ont une durée de vie limitée, et cherchent à vivre plus longtemps (le livre, Do the androids dream about electric ship, de philip K. Dick, est assez différent, et complètement déjanté). Dans le genre, on peut citer La Nouvelle Eve, de Villiers de l’Isle Adam, emblématique d’une époque où l’occident croyait au progrès. Et je citerai l’excellent film d’animation Ghost in the shell. Dans un univers futuriste, où des humains sont améliorés, une anomalie apparaît: une intelligence artificielle, qui serait muni d’un ghost. Le ghost, c’est l’équivalent de l’âme, ce qui fait un humain. Cependant, cette IA a une limite: elle ne peut pas se reproduire, elle ne s’inscrit pas dans une lignée, au sens humain du terme. Elle peut se dupliquer, pas se reproduire. Pour atteindre l’humanité, elle fusionne avec une humaine, qui a un corps de cyborg, pour vivre dans l’immensité du net.
    On peut être d’accord ou pas avec le transhumanisme. Je salue l’inclination vers le progrès, et préfère cette orientation au repli frileux sur soi. Je salue aussi l’initiative humaine, que je préfère au totalitarisme de big brother.
    Merci pour cette escapade philosophique. Qui montre que la philosophie est une préoccupation d’actualité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :