Publicités

Jean-Marc Daniel corrige le bac d’économie

JM Daniel (1)Ce soir Jean-Marc Daniel sera mon invité pour présider la finale des joutes oratoires des classes prépas de Stan.

Pour Challenge, il répond à l’épreuve de dissertation sur laquelle les candidats au baccalauréat série sciences économiques et sociales ont planché, lundi 22 juin à partir de 8 heures.

C’est une réponse tout à fait académique bien sûr (c’est ce qu’on demande au bac) mais politiquement incorrecte en même temps. A vous de juger.

Les bacheliers devaient s’interroger sur la problématique: « Dans quelle mesure l’action des pouvoirs publics est-elle efficace pour lutter contre les inégalités? ».

Voici les éléments de réponse de Jean-Marc Daniel :

Introduction: L’actualité est marquée par le retour du problème des inégalités (rapport récent de l’OCDE, succès du livre de Thomas Piketty). La réduction des inégalités fait partie des trois missions de l’Etat définies par Richard Musgrave. Les pouvoirs publics doivent donc agir. Ils peuvent beaucoup mais ils ne peuvent pas tout.

Ils peuvent beaucoup

– sur le plan juridique: cf par exemple les lois sur la parité , les lois sur les discriminations… L’Etat peut même aller plus loin et assumer une forme d’inégalité juridique pour rétablir l’égalité des chances (cf la discrimination positive et les thèses de Rawls)

– sur le plan fiscal: en utilisant des fiscalités progressives, l’Etat réduit la fourchette des revenus. L’inconvénient est que la fiscalité réduit les inégalités en punissant les riches alors que l’objectif prioritaire devrait être plutôt d’aider les pauvres. Une fiscalité punitive n’a de sens que si elle ne brime pas la croissance et donc si elle réduit avant tout les rentes (la justification de l’impôt sur le capital chez Piketty tient à l’existence d’une rente historique de long terme dans la rémunération du capital)

– sur le plan social: cela passe par le développement de l’Etat providence. La mutualisation de certains risques (vieillesse, maladie) et la création de l’Etat providence ont réduit les inégalités dans la deuxième moitié du XXe siècle en améliorant le revenu des plus défavorisés et en leur permettant l’accès à certains services (la santé).

– par l’usage qu’ils font des dépenses publiques en fournissant des services de qualité aux plus défavorisés (cf l’effort en matière d’éducation).

Mais ils ne peuvent pas tout

certaines de leurs décisions se retournent contre leur intention initiale: cf le débat sur le salaire minimum qui améliore la situation des travailleurs peu qualifiés mais qui se retourne contre eux en augmentant leur chômage ; cf les fiscalités trop lourdes qui freinent la croissance et limitent les redistributions possibles ; cf la politique du logement accusée de maintenir des loyers élevés ; cf la politique scolaire accusée de faire baisser le niveau.

– il se heurte à l’appréciation différenciée que l’on peut faire de l’injustice constituée par les inégalités. On oppose souvent égalité et équité. Dès lors, quels objectifs doit se donner l’Etat notamment dans l’arbitrage entre inégalités des chances et inégalités des places ? Jusqu’où doit-il aller dans la réduction des inégalités?  A-t-il les moyens de trancher ?

Conclusion : les pouvoirs publics ont les outils  mais leur enjeu est d’établir au préalable un consensus politique sur l’usage que l’on doit en faire.

ET pour prolonger, voici une petite vidéo en anglais qui ne plaira pas du tout au correcteur (donc hors sujet du bac) mais qui fera réfléchir :

Retrouvez cette vidéo ici

Hayek

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :