Publicités

Sons of liberty. Une mini-série bientôt en DVD

Z2E6bQL

Sons of Liberty est une mini-série de trois épisodes qui nous plonge à l’aube de la Révolution américaine. Elle a été diffusée sur la chaîne History du 25 au 27 janvier 2015, en trois épisodes : A Dangerous GameThe Uprising et Independence. Elle a attiré plus de trois millions de téléspectateurs aux États-Unis. Elle sera bientôt disponible en DVD.

Pendant ces années qui vont changer le cours de l’histoire, elle suit les aventures d’un groupe de jeunes rebelles radicaux : Sam Adams, John Adams (son cousin et le futur second président des États-Unis), Paul Revere, John Hancock et le Dr Joseph Warren, pères de la nation américaine. La série s’ouvre en 1765 à Boston, Massachusetts et suit les événements qui mèneront au Boston Tea Party (1773) puis à la signature de la Déclaration d’indépendance (1776).

Sons of Liberty est une interprétation des événements qui ont déclenché la révolution. Il s’agit d’une fiction historique, pas d’un documentaire. Mais la série se concentre sur des événements et des personnages réels et parvient fort bien à capturer l’esprit du temps, à transmettre la personnalité de ces hommes qui ont façonné le passé. On y voit le général Washington, Thomas Jefferson et Benjamin Franklin.

La série nous raconte d’abord « l’avant-révolution » à travers un petit groupe de la population de Boston, Massachusetts en 1765. Les relations entre les représentants des colonies et l’administration britannique sont mauvaises. La population est opprimée et  n’a aucun recours possible au Parlement britannique. Le personnage principal est Sam Adams (Ben Barnes), un ancien collecteur de taxes endetté jusqu’au cou qui lance les premières rébellions contre la tyrannie. La couronne britannique envoie alors 10 000 soldats pour mater la rébellion et exige que les colonies financent elles-mêmes ce contingent. Les soldats de Sa Majesté sont conduits par l’impitoyable général Gage.

Boston Tea Party (1773)

Les Fils de la liberté ont bien historiquement existé. Il s’agissait d’une organisation secrète de patriotes américains, qui résistèrent à l’oppression britannique en s’attaquant aux symboles du pouvoir royal en Amérique. Ils furent impliqués dans les campagnes de boycott et les émeutes urbaines de Boston.  Les représentants les plus importants de ce mouvement furent Paul Revere, Joseph Warren, Patrick Henry, John Hancock, James Otis, John Adams et son cousin, Samuel Adams, qui fut le meneur de la rébellion en Nouvelle-Angleterre.

John Hancock est un  riche commerçant de Boston qui contribua à financer la révolution. Il fut le président du second Congrès continental, au cours duquel il signa le premier la Déclaration d’indépendance des États-Unis. De 1780 à 1785, il fut le premier gouverneur de l’État du Massachusetts.

En 1773, il organisa un boycott des produits britanniques. Le 16 décembre 1773, soixante Bostoniens identifiés comme des Fils de la Liberté grimpèrent à bord de trois navires anglais accostés dans le port costumés en amérindiens. Silencieusement, ils ouvrirent les tonneaux et jetèrent leur contenu par-dessus bord, puis ils les refermèrent pour les remettre à leur place, vide. Ce coup d’éclat, connu sous le nom de Boston Tea Party, est l’une des plus fameuses actions des Fils de la Liberté.

Contrairement à ce que suggère la série, Sam Adams est loin d’être un homme de la rue. Ses talents d’orateur et d’écrivain lui ont permis de s’imposer dans les assemblées et les réunions ; il rédigea des pétitions et des résolutions qui firent avancer le processus révolutionnaire et l’organisation politique du pays. Il est considéré comme l’un des principaux architectes du républicanisme et l’une des grandes figures politiques du Massachusetts, dont il a rédigé la constitution et dont il a été gouverneur de 1793 à 1797, tandis que son cousin John Adams est devenu le second président des États-Unis. Thomas Jefferson l’a qualifié de « patriarche de la liberté » (Patriarch of Liberty) et John Adams, de 13 ans plus jeune que son cousin, a reconnu en lui le « Père de la Révolution américaine » (Father of the American Revolution).

Déclaration d’Indépendance (1776)

Selon le Parlement britannique  les actions des Patriots étaient injustifiées et illégales parce qu’elles violaient la Constitution britannique. Mais les Patriots se référaient à une loi supérieure : la « loi naturelle » exprimée par John Locke presque cent ans plus tôt et par Cicéron ou Antigone si on remonte à l’Antiquité. On le voit à travers les écrits des Pères fondateurs, mais surtout dans la Déclaration d’indépendance :

Nous tenons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes sont créés égaux, qu’ils sont dotés par leurs créateurs de certains Droits inaliénables, parmi lesquels la Vie, la Liberté, et la poursuite du Bonheur. Les gouvernements sont établis parmi les hommes pour garantir ces droits, et leur juste pouvoir émane du consentement des gouvernés. Toutes les fois qu’une forme de gouvernement devient destructive de ce but, le peuple a le droit de la changer ou de l’abolir et d’établir un nouveau gouvernement, en le fondant sur les principes et en l’organisant en la forme qui lui paraîtront les plus propres à lui donner la sûreté et le bonheur.

Ce passage est tout droit sorti de Locke. Il déclare que « la loi naturelle » l’emporte sur les lois faites par les hommes et que lorsqu’un gouvernement tente de priver les gens de leurs droits fondamentaux, ils peuvent le changer ou l’abolir.

Bande-annonce ici : https://www.youtube.com/watch?v=ckyyUHfnxmU

A voir également : la mini-série John Adams (HBO)

Le style de cette série plus ancienne est très différent de Sons of Liberty qui s’attarde davantage sur les scènes de combats. John Adams est une série plus intimiste et davantage centrée sur les dilemmes rencontrés par le personnage principal, montré comme un sage avocat, tiraillé entre son devoir de père de famille et celui de citoyen éclairé, appelé par son destin. Une partie de la série se passe en France, à Versailles. Par contre, on retrouve dans les deux séries l’Independence Hall à Philadelphie, avec ce moment d’anthologie du vote de la Déclaration d’indépendance par les treize colonies réunies en Congrès.

Publié sur 24hGold

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :