Publicités

Le professeur Jean-François Chazerans, nouvelle victime de la chasse aux sorcières

chazeransJe suis très inquiet de la détérioration du climat de la réflexion et du débat en France, particulièrement depuis les attentats de Paris. Mon collègue professeur de philosophie Jean-François Chazerans, que je connais personnellement, a été mis en cause par des élèves et leurs parents pour des propos jugés « inadmissibles » en classe. Suspendu, il fait l’objet d’une enquête pour « apologie d’actes de terrorisme ». Quand bien même je ne partage pas toutes ses prises de position, je peux dire que c’est un authentique philosophe. Son engagement politique citoyen n’est pas le mien mais il est respectable. Et comme d’habitude, les artistes, humoristes et les philosophes sont les premiers touchés par cette vague de purges totalitaires. Il ne fait pas bon penser librement en France de nos jours (voir ma chronique dans La Tribune).

Plus encore que le sectarisme de certains, c’est l’agressivité, l’intimidation et l’incapacité de supporter la pensée critique, essence même de la philosophie, qui m’inquiète.

Prenons un exemple. Charles Maurras a été banni du paysage des idées en France, traité comme un dangereux réactionnaire antisémite. Je ne me réjouis pas de cet ostracisme stupide et inutile. Une pensée est toujours plus subtile et pertinente que ce qu’on veut bien en dire, même si on ne la partage pas. Elle nous pousse à nous interroger, à mettre en question nos propres certitudes. Maurras a eu deux maîtres à penser : Auguste Comte et Edouard Drumont, deux personnages avec lesquels je n’ai aucune affinité intellectuelle ! Mais je n’ai aucun problème à exposer la pensée de ces auteurs là et sans la déformer. Je suis favorable à ouvrir le débat au maximum, pour critiquer, pour réfuter, pour éclairer avec des arguments. J’ai toujours à cœur dans mes classes de confronter les penseurs les plus opposés entre eux, d’exposer leurs désaccords.

Comme enseignant, je reprends à mon compte l’argument de John Stuart Mill (De la liberté) selon lequel si une opinion n’est pas « discutée, pleinement, fréquemment et sans crainte », elle devient « un dogme mort et non une vérité vivante ». Cessons de vouloir occulter ou diaboliser. La vérité émerge de la confrontation libre et pacifique des opinions, y compris des plus dérangeantes, elle a tout à y gagner.

Mais revenons à l’affaire Chazerans. Voici ce qu’il écrivait, il y a quelques années déjà, dans un article :

« Philosopher est une activité subversive. Penser par soi-même, c’est arrêter de laisser les autres penser pour nous, c’est aussi s’abstenir de penser pour les autres. Une telle forme de pensée suppose qu’elle ne s’isole pas dans un savoir réservé. Elle s’impose de s’ouvrir à l’universel, et d’être accessible par tous. C’est donc se défier nécessairement de tous les pouvoirs, et les prendre pour ce qu’il sont en réalité : des baudruches se dégonflant au moindre coup de butoir de la pensée philosophique. Penser par soi-même, c’est donc bien se réapproprier ce dont les spécialistes nous ont dépossédé : notre propre pensée et notre propre agir en tant qu’être responsable de notre propre destinée et de notre propre histoire. »

Et il ajoutait en citant Nizan : « Quiconque veut penser aujourd’hui humainement pensera dangereusement : car toute pensée humaine met en cause l’ordre entier qui pèse sur nos vies » (Les chiens de garde).

Penser librement n’est pas sans risque de nos jours, surtout quand on relit les récentes déclarations de la ministre Najat Vallaud-Belkacem : « Nous avons tous entendu les « Oui je soutiens Charlie, mais », les « deux poids, deux mesures », les « pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ? » Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école, qui est chargée de transmettre des valeurs ».

Les mois qui viennent laissent présager le pire…

Publicités

4 Réponses

  1. Comme disait un grand éditeur français à ses contradicteurs:
    « Moi Dominique de Roux, déjà pendu à Nuremberg… »

  2. la liberté d’expression suppose la liberté de penser !

  3. Ce qui s’est passé dans les locaux de Charlie Hebdo me donne la nausée… Que ce soit ce massacre perpétré par des imbéciles manipulés, le contenu éditorial de ce torchon ou, pire encore, la récupération politique.
    Si je dois choisir entre Charlie et la prison, je me sentirais plus libre derrière des barreaux où penser est la seule activité possible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :