Publicités

Michel Foucault contre la gauche (ou la droite…) antilibérale

foucault (1)Penseur de la transgression, icône de Mai 68 et de la gauche radicale, Michel Foucault est mort il y a trente ans. Il fut d’abord un observateur brillant de la civilisation occidentale, de ses rituels d’exclusion et de normalisation depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Il fut l’auteur d’une œuvre prolifique et atypique qui passe au crible tous les dispositifs mis en place par le pouvoir afin de quadriller le corps social : l’ordre du discours, l’exercice de la médecine, le contrôle de l’intime, le système judiciaire, qui tous ensemble forment la machine du pouvoir. Plutôt que de procéder à partir des cadres traditionnels de l’analyse, l’auteur de Surveiller et punir a voulu partir du crime pour interroger la loi, il a voulu partir de la prison pour interroger le système pénal. De la même façon, à la fin de sa vie, il s’est intéressé à la pensée « néolibérale » (expression de Michel Foucault pour désigner les libéraux d’après-guerre) pour faire éclater les cadres de la bien-pensance de gauche.

En effet, selon Geoffroy de Lagasnerie, auteur de La dernière leçon de Michel Foucault en 2013, ce dernier a été fasciné par des penseurs tels que Friedrich Hayek, Gary Becker ou Milton Friedman. Le cours de Michel Foucault qui discute de cette question est Naissance de la biopolitique. C’est un cours qui a été conçu au Collège de France en 1978-1979. Alors que la rhétorique anti-néolibérale, à droite comme à gauche, ne cessait déjà de dénoncer l’anomie, la marchandisation, l’individualisme et le matérialisme du marché, Foucault décidait d’en faire le centre de sa réflexion. Avait-il tourné le dos à la critique sociale ? S’était-il éloigné de la gauche pour se convertir à l’idéologie dite « de droite » ? Pourquoi lisait-il des auteurs comme Milton Friedman et Friedrich Hayek ? Pourquoi s’intéressait-il à un courant de pensée tellement détesté et diffamé dans l’espace public ?

couv-lagasneriePour Geoffroy de Lagasnerie, Foucault a su échapper complètement aux schémas simplistes et à l’uniformisation de la vie intellectuelle française. S’il a été fasciné par le néolibéralisme, explique-t-il, c’est parce qu’il a vu au cœur de cette pensée une exigence de ne pas être gouverné, de résister aux pouvoirs et aux diverses formes de domination. Il y a vu l’importance de la diversité et de l’hétérogénéité du monde social, la prise en compte du fait que les gens n’adhèrent pas aux mêmes valeurs, l’idéal d’une société qui favorise l’individualisation des modes de vie, qui permet aux gens d’établir des « plans de vie différents », selon le mot d’Hayek.

Ce cours est un moment où Foucault a perçu dans le néolibéralisme une pensée singulière, un foyer d’imagination, en écho à ses propres questionnements. En effet, comme lui, Gary Becker s’est intéressé à des sujets relevant habituellement du domaine de la sociologie. Il a appliqué au crime, à la délinquance, à la sexualité, les outils de la microéconomie (utilité, optimisation sous contrainte, courbes d’indifférence, offre et demande…). Surtout, il nous a appris à penser comme un économiste.

Gary-BeckerCette démarche tout à fait inhabituelle et impertinente fait littéralement éclater les cadres de la pensée sociologique, figée depuis Durkheim dans l’idée que la collectivité doit affirmer son emprise régulatrice contre l’individualisme et la concurrence des intérêts particuliers. Michel Foucault cite longuement, l’introduction à L’Approche économique du comportement humain, l’ouvrage de Gary Becker, l’un des plus importants chercheurs en sciences sociales du XXe siècle (voir mon article en cliquant ici). Il montre  que l’économie moderne rompt avec les sciences sociales qui prétendent rendre compte du comportement des individus en invoquant leurs goûts, leurs inclinations morales, leur psychologie, leur culture, leur identité, etc. L’économie se propose de partir du postulat inverse : elle présuppose que les individus sont identiques, qu’ils ont des tendances comparables. Elle rend compte de la variabilité des pratiques par les incitations objectives et le calcul coûts-bénéfices. Du coup, elle récuse la pertinence des opérations de normalisation (classification des individus en normaux et anormaux). Elle brise la volonté de corriger les individus de l’intérieur par des mécanismes d’assujettissement internes. Elle remet la loi à sa juste place : agir sur les comportements, pas sur les consciences.

Par ailleurs, l’idée libérale du marché comme forme d’organisation de la société trouve son fondement dans le rejet de l’État. Or selon Foucault, le néolibéralisme est la théorie politique contemporaine anti-État la plus puissante et celle qui déploie les instruments de critique du pouvoir les plus radicaux. En fait, explique Geoffroy de Lagasnerie, l’intérêt de Foucault pour le néolibéralisme à la fin des années soixante-dix vient d’abord de son opposition au marxisme. Dans ce cours au Collège de France, il n’a pas voulu restituer le néolibéralisme dans toute sa cohérence mais plutôt l’utiliser comme un instrument dans la guerre qu’il menait dans le champ politique et intellectuel français. L’idée que combat Foucault à cette époque, c’est l’idée que la théorie authentiquement subversive serait la théorie révolutionnaire marxiste. Mais cette idée se fourvoie, selon lui, dans une impasse : l’idée que la société a un centre, que tout s’articule autour des rapports de production. Donc, selon le dogme marxiste, si on transforme les rapports économiques, on transforme toute la société.

hayek_coloresPourtant il y a des luttes et des résistances qui ne rentrent pas dans cette vision moniste. Ce qui pose problème à Foucault dans le marxisme, c’est notamment sa tentative de trouver une solution unique, finale, universelle aux problèmes humains. Il y a une obsession de l’unité, une volonté de toujours vouloir donner par en haut et de façon autoritaire de la cohérence à la société.

Or la critique néolibérale du marxisme consiste justement à montrer que la société n’a pas de centre ou qu’elle en a plusieurs. Le monde fonctionne à la pluralité, à l’ordre spontané, au polycentrisme, à l’échange libre entre les individus. « La société néolibérale ne se fixe pas comme objectif de normaliser les individus, de les contrôler. Elle est une société de la pluralité. Elle est marquée par quelque chose comme une ‘tolérance’ accordée aux individus ‘infracteurs’ et aux pratiques minoritaires », écrit Geoffroy de Lagasnerie. Pour Foucault, comme pour les néolibéraux, la pluralité du monde social et culturel est irréductible ; elle doit constituer un point d’arrivée, et non le point de départ contre lequel devrait nécessairement se définir une théorie politique.

En conclusion, quoi que l’on puisse penser de ses revirements idéologiques, ce qui est remarquable chez Foucault, c’est sa capacité à penser autrement et à comprendre de l’intérieur les courants de pensée, sans se laisser influencer par la vulgate dominante. Il a su percevoir la question centrale que les néolibéraux (ou les libéraux tout court) sont les seuls à penser de façon cohérente : que signifie vivre dans un monde ou les hommes ont des éthiques et des valeurs différentes ?

Publié sur 24hGold

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :