Publicités

Le commerce, rempart contre la guerre. Par Gustave de Molinari (1819-1912)

Molinari

La guerre est un sujet qui pourrait bien tomber au bac de philo. Voici une analyse qui peut servir d’argumentaire anti-guerre.

Résumé en forme de syllogisme :

Il est dans la nature d’une classe ou d’un parti de n’envisager que son intérêt

Or un intérêt ne peut être vaincu que par un intérêt plus fort. 

Donc le progrès des intérêts commerciaux peut supplanter les intérêts politiques

Texte :

         Aussi bien dans les pays où l’État appartient à la nation que dans les États d’ancien régime, la guerre continue de subsister comme un risque inévitable et fatal. Ce n’est pas cependant un phénomène naturel qui échappe au pouvoir de l’homme. Les guerres entre les peuples civilisés dépendent de la volonté des gouvernements, et elles peuvent toujours être évitées. Ce qui le prouve, c’est que les dissentiments et les conflits d’intérêt les plus sérieux sont fréquemment vidés par des négociations ou un arbitrage. Et quand on examine les causes ou les prétextes des guerres qui ont ravagé le monde depuis un siècle, on s’aperçoit qu’elles ont été engagées uniquement sous la pressions des intérêts d’un petit nombre d’individus en possession du mécanisme de l’État. Enfin, lorsqu’on fait le compte des avantages qu’ils pouvaient en tirer en cas de succès, on est étonné de l’énormité du prix auquel ils les achètent. Il est vrai qu’ils profitent de ces avantages tandis que le prix en est payé par la nation.

          La guerre franco-allemande [1870-71] nous fournit à cet égard une illustration saisissante. Si la responsabilité de cette guerre peut justement être attribuée au vaincu, celle de l’annexion de l’Alsace-Lorraine au mépris de la volonté manifeste de la population annexée appartient au vainqueur. Quels en ont été les résultats? Au point de vue des intérêts immédiats de la classe gouvernante de l’État allemand, ces résultats ont été évidemment avantageux. Elle y a gagné une augmentation du débouché de ses fonctionnaires militaires et civils, et subsidiairement celle des bénéfices que le maintien et l’accroissement nécessaires des armements procurent aux fabricants et commanditaires de l’appareil de guerre. En revanche, la nation est condamnée à supporter indéfiniment les frais de cet appareil et d’une guerre possible de revendication des provinces conquises. Entre les avantages de la classe gouvernante de l’État, les charges et les risques de la masse de la nation gouvernée, la disparité n’est-elle pas colossale?

Autant peut-on en dire de toutes les guerres modernes, guerres entre les peuples civilisés et guerres coloniales. Elles ont, sans aucune exception, été entreprises en vue de satisfaire les intérêts de la classe ou du parti en possession de l’État, et il faut ajouter qu’elles n’ont point rencontré d’obstacles dans les institutions constitutionnelles. La classe gouvernante a pu changer ou se modifier, mais son intérêt particulier et immédiat est demeuré le mobile permanent de sa politique. Lorsqu’une guerre lui paraît présenter plus de risques de perte que de chances de bénéfices, elle s’abstient de l’engager; lorsque les chances de bénéfice l’emportent, elle n’hésite pas à l’entreprendre, sans rechercher ce qu’il en pourra coûter à la nation.

C’est qu’il est dans la nature d’une classe ou d’un parti de n’envisager que son intérêt, sauf à le confondre avec l’intérêt national et à le cacher sous le masque flatteur du patriotisme. C’est encore que les sentiments altruistes, lorsqu’ils dépassent l’étroite limite des sympathies que l’homme est capable de ressentir, ne prévalent pas contre le plus faible intérêt, dût la satisfaction en être achetée par un dommage cent fois, mille fois plus considérable infligé à autrui. On pourrait aisément s’en convaincre en évaluant le montant des profits ou des avantages que les guerres modernes ont rapportés aux souverains et aux partis qui les ont engagées sans avoir pris la peine de consulter les nations, et en les comparant à l’énormité des frais et des souffrances de la masse des gouvernés qui en ont pâti.

Au point de vue de l’intérêt général des nations civilisées, la guerre est la plus effroyable des calamités et la multitude qui en supporte partout les frais et les maux en est depuis longtemps convaincue. Peut-être les amis de la paix prennent-ils une peine superflue en entreprenant de l’en persuader. Ils prêchent des convertis. En revanche, il est permis de douter que leurs prédications soient assez efficaces pour avoir raison des intérêts qui poussent à la guerre, à l’entretien et à l’accroissement continue des armements qu’elles nécessite. C’est au sentiment qu’ils font appel, mais si forts que soient les sentiments, ils le sont moins que les intérêts. Un intérêt ne peut être vaincu que par un intérêt plus fort.

Lorsque la conscience de sa force existera dans la multitude gouvernée, il lui suffira, pour établir la paix entre les nations civilisées et la perpétuer, de recourir au procédé par lequel le seigneur le plus fort l’imposait aux plus faibles, au temps de la féodalité. Ce serait certainement un rêve et même un rêve anti-économique de vouloir unifier le gouvernement des nations en établissant une monarchie ou une république universelle. Mais cette unification, qui ne serait ni praticable ni désirable entre les gouvernements, est en voie de s’opérer entre les nations. Il y a déjà entre les nations, même les plus éloignées, plus d’intérêts communs qu’il n’y en avait naguère entre les provinces les plus rapprochées de la même nation, et ces intérêts créés par l’échange des produits, des capitaux et du travail, ont un égal besoin de la paix.

Lors donc que ces intérêts pacifiques seront devenus assez forts et conscients de leur force, ils pourront obliger les gouvernements à s’associer pour interdire à un État quelconque de vider par la guerre ses querelles et ses différends, en appuyant cette interdiction par une force collective. Alors se produira le même phénomène qui a été, au sein de chaque nation, la conséquence de l’unification de l’État: le désarmement, impliquant la suppression des armées et des fortifications particulières, et leur remplacement par un armement commun, destiné à préserver la civilisation du risque des invasions des barbares. Grâce à la prépondérance acquise par les nations civilisées, ce risque ne comporterait plus que la moins coûteuse des primes d’assurance.

Remarquons qu’il suffirait même pour assurer la permanence de la paix entre les nations civilisées d’adapter le droit des gens aux conditions nouvelles d’existence que leur ont faites les progrès de l’industrie et l’extension des échanges.

En remontant à l’origine du droit des gens, on trouve que l’ensemble des règles qui constituent ce droit avait pour objet d’assurer le libre exercice de l’industrie des propriétaires d’État: la guerre. Non seulement toute société propriétaire d’un État entreprenait une guerre quand elle la jugeait conforme à son intérêt, elle la conduisait à sa guise, exterminait ses ennemis et s’appropriait leurs domaines sans que les autres sociétés eussent rien à y voir, mais si elle s’imposait l’obligation de respecter le domaine des neutres, ceux-ci s’abstenaient de leur côté d’entraver, d’une manière ou d’une autre, la liberté de ses opérations; et ces deux règles étaient établies et généralisées comme des coutumes dont l’expérience avait démontré l’utilité.

Cependant quand les relations commerciales et en particulier le commerce maritime commencèrent à se développer, les opérations de guerre causèrent aux neutres des gênes et des dommages. Le blocus des ports de l’ennemi interrompait leur commerce; les marchandises neutres étaient capturées avec les navires qui les transportaient; les belligérants recherchaient et confisquaient les marchandises ennemis sous pavillon neutre. Mais la guerre étant la plus productive de toutes les industries et celle de la caste souveraine des États, les gênes et les dommages qu’elle causait aux classes inférieures ne pouvaient être mis en balance avec les avantages que les belligérants pouvaient tirer de la destruction du commerce ennemi. Ces pratiques destructives étaient généralement acceptées comme utiles, les neutres sachant qu’ils en useraient à leur tour lorsqu’ils passeraient à l’état de belligérants, ce qui était le cas ordinaire.

Il en alla ainsi aussi longtemps que les intérêts commerciaux n’eurent qu’une faible importance. Mais déjà à la fin du XVIIIe siècle, l’extension des relations internationales avaient provoqué la résistance du commerce maritime contre le droit que s’attribuaient les belligérants de rechercher et de confisquer la marchandise ennemie à bord d’un navire neutre, et d’une autre part, des protestations de plus en plus vives s’élevaient contre le pillage de la propriété privée. Ces progrès du droit des gens ont fini par se réaliser, la maxime que le pavillon couvre la marchandise a été adoptée par la généralité des États civilisés; le respect de la propriété privée, de la vie et de la liberté des populations qui ne prennent point part à la guerre est devenu du moins en théorie sinon toujours en pratique, une règle que les armées sont tenues d’observer et qui est d’ailleurs conforme à leur intérêt.

Cependant d’autres progrès seront, selon toute apparence, suscités par le développement de la grande industrie. Avec l’extension du commerce international qui en a été la conséquence s’est accru dans des proportions croissantes le dommage que la guerre cause aux neutres (Progrès réalisés dans les usages de la guerre. Journal des Économistes des 15 août et 15 septembre 1854. Reproduit dans les Questions d’économie politique et de droit public. T. II, p. 278). La guerre de la sécession américaine a infligé à l’industrie cotonnière de l’Europe des pertes qui se chiffrent par centaines de millions sinon par milliards. La guerre franco-allemande a provoqué une crise dont l’influence perturbatrice et déprimante ne s’est pas arrêtée aux frontières des belligérants. Dans l’état actuel du monde, la guerre prend de plus en plus le caractère d’une nuisance universelle.

Or, c’est une règle fondamentale du droit que tout dommage causé à autrui, sauf le cas de force majeure, doit être réparé et donne lieu à une indemnité. La guerre entre les peuples civilisés ne peut plus invoquer le cas de force majeure; elle est un acte libre et implique la responsabilité naturellement attachée à la liberté. Les neutres seront donc fondés à exiger une indemnité pour les dommages qu’elle leur cause, et, ces dommages étant inévitables, à se liguer pour les prévenir. Ainsi le droit des gens, après avoir reconnu et sanctionné la liberté de la guerre, c’est-à-dire de la concurrence sous sa forme destructive, sera amené à l’interdire et à apporter sa sanction aux mesures désormais conformes à l’intérêt de l’espèce qui pourront être prises pour la supprimer.

A rapprocher de ce texte de Kant :

« De même que la nature sépare sagement les peuples, que la volonté de chaque Etat, fût-ce même d’après des principes du droit des peuples, aimerait unir entre eux par la ruse ou la force, de même elle unit d’un autre côté, au moyen de l’intérêt personnel réciproque, des peuples que le concept du droit cosmopolitique n’aurait pas prémunis contre la violence et la guerre. C’est l’esprit de commerce, qui est incompatible avec la guerre, et qui s’empare tôt ou tard de chaque peuple. Car comme parmi tous les pouvoirs (moyens) subordonnés au pouvoir de l’État, le pouvoir de l’argent semble devoir être le plus sûr, les États (dont la moralité n’est certes pas précisément le mobile) se voient poussés à promouvoir la noble paix, et partout où la guerre menace d’éclater dans le monde, de la repousser par des médiations, comme s’ils étaient en état d’alliance permanente à cette fin. Car, du fait de la nature même de la chose, les grandes coalitions en vue de la guerre ne peuvent se produire que rarement et plus rarement encore réussir. La nature garantit de cette manière la paix perpétuelle par le mécanisme des inclinations naturelles elles-mêmes, avec une sûreté, certes, insuffisante pour prédire son avenir au point de vue théorique, mais qui suffit dans une intention pratique et fait un devoir de travailler à cette fin qui n’est pas purement chimérique ».

Vers la paix perpétuelle, première supplément § 3 Editions Hatier ; p. 51-52
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :