Publicités

Du conservatisme culturel, distingué du conservatisme politique

Cher Kaplan

(suite du débat)

J’admets avec toi que la morale a souvent servi de prétexte à des intrusions inadmissibles dans la vie privée des individus. Mais je maintiens qu’il ne peut y avoir de droit sans morale. Un droit purement utilitariste est impossible. Tu reconnais d’ailleurs toi-même que le droit est « un système fondé sur un nombre aussi limité que possible de principe moraux, des idées suffisamment simples et consensuelles pour qu’elles puissent faire l’unanimité ». Cette idée d’un droit naturel comme seule base d’un système juridique me convient parfaitement.
Mais entendons-nous sur le concept de morale pour clarifier le débat et là peut-être aurons-nous quelques différents. Qu’est-ce que la morale ? Je considère, avec la tradition occidentale issue de la philosophie grecque, qu’il existe une rationalité morale et que le bien et le mal ne sont pas des notions arbitraires, relatives à l’opinion ou à l’époque. Étant donnée la nature même de l’homme : animal doué de raison, il y a des actes qui sont en eux-mêmes justes ou injustes et ceci de façon universelle. Ainsi l’initiative de la violence contre autrui est toujours moralement condamnable car elle détruit le fondement même de la rationalité : la discussion argumentée. Le viol détruit le principe du libre consentement, privilège des animaux doués de raison. Le vol détruit le principe de la propriété, fondée sur le travail c’est-à-dire sur le libre exercice de nos facultés.
En bref, la morale interdit de faire tout ce qui porte atteinte à l’intégrité physique et mentale. Elle condamne de ce fait l’injustice et prescrit la justice. Mais en dehors de ces grands principes généraux, auxquels tu adhères comme moi je pense et comme une très grande majorité d’êtres humains raisonnables, il y a aussi ce qu’on appelle la morale particulière ou l’application des principes généraux à des contextes particuliers. Elle concerne l’usage du corps, le mariage, la famille, le sexe et la religion. Et là, les choses deviennent beaucoup plus complexes… il y a sur ces questions des formes de justifications et de conceptions du bien tout à fait antagonistes et incompatibles.

En matière culturelle (non en matière politique), je suis conservateur. Je crois en la supériorité éthique des valeurs traditionnelles : le mariage entre un homme et une femme, la fidélité, l’éthique de la vertu et la croyance en Dieu. Je ne souscrit pas à l’idéologie collectiviste branchée des LGBT et des féministes, à la pseudo-théorie du gender, ni à l’athéisme militant, ni au nietzschéisme moral (bien que j’ai une grande admiration pour Nietzsche et un grand respect pour toutes les formes de vie, qu’elles soient athées ou homosexuelles). Tu trouveras mon point de vue sans doute très « old school » et peut-être que le tien est plus « rock’n roll ». Mais j’y reviendrai un peu plus loin.

Ceci posé, je reprends question du droit et de la loi. Car contrairement à la plupart des conservateurs, je ne demande pas à la loi d’imposer mes valeurs morales ou de combattre les valeurs de mes adversaires. En cela, je ne suis pas un conservateur politique.

Je m’explique :

Selon moi, la loi a pour unique rôle de faire respecter les contrats, par la force si nécessaire, et d’assurer la défense des personnes et des droits de propriété privés. Elle n’a pas pour objet de rendre les hommes vertueux ou sages. Elle n’a pas pour objet de faire le bonheur des gens. Cependant, comme nous l’avons déjà évoqué, elle a bien une dimension morale dans la mesure où elle a pour objet la justice dans la vie en société, au moins dans ses principes généraux.
Tout comportement qui viole le droit d’autrui devrait être déclaré illégal. L’esclavagisme, le kidnapping, le viol ou le meurtre sont des comportements criminels, parce que leur victime est brutalisée, dans son corps comme dans son esprit.
Partant de là, il faut en déduire logiquement que tout comportement qui ne viole pas le droit d’autrui devrait être légal, y compris les comportements jugés immoraux par la morale traditionnelle. Par exemple toutes les formes de négation de soi comme la bestialité et le sado-masochisme, la prostitution et la toxicomanie. Même si la raison peut réprouver ces comportements nihilistes, tant qu’ils n’impliquent pas l’usage de la force de coercition contre autrui, la loi n’a pas à leur opposer la force punitive : incarcération ou contravention. C’est le point de vue des libéraux classiques comme des libertariens.
Néanmoins, ce n’est pas parce que ces actions sont légales qu’on ne doit pas prendre position sur leur valeur morale ou qu’on ne doit pas les combattre. Ce n’est pas parce qu’on refuse de criminaliser les vices qu’on doit rester moralement neutres vis-à-vis de tels comportements. Tolérance légale oui, relativisme moral non. Je suis un partisan inconditionnel du libre marché. Mais je n’en conclus pas pour autant que l’accroissement des possibilités de consommation, permises par ce libre marché, nous oblige à adopter un mode de vie matérialiste ou libertin. (Attention : juger ce mode de vie comme étant déficient, ne veut pas dire que je méprise les personnes !).
Je te l’ai dit, je défends un conservatisme culturel et je ne crois pas qu’il soit incompatible avec une défense fondamentale de la liberté en toute chose. Je pense que l’homme, pour être heureux, a besoin d’élévation de l’âme mais aussi de respect de son propre corps. Il a besoin de valeurs spirituelles, d’une certaine noblesse de sentiments. Il faut donc dénoncer le nihilisme moral et le combattre, non par la force de la loi mais par l’éducation, la parole et le témoignage de sa propre vie.
La seule bonne façon de combattre ce nihilisme moral serait de faire davantage confiance aux institutions intermédiaires entre l’individu et l’État comme l’entreprise, le marché, la famille et les communautés religieuses, à condition qu’elles soient ouvertes au libre marché et à la concurrence.
Le nihilisme moral a parfois des conséquences coûteuses, pas seulement en termes financiers mais aussi en termes psychologiques ou sociaux : délinquance, toxicomanies, suicides. Bien entendu, ces phénomènes sont aussi à mettre au compte des effets pervers de l’interventionnisme étatique : déresponsabilisation, confiscation de l’épargne des ménages, éducation nationalisée, chômage de masse, etc. Aussi je n’attends absolument rien de l’État dans le domaine éducatif, ni sous forme de prévention, ni sous forme d’école publique obligatoire avec cours de morale et de propagande d’éducation civique.
Ce n’est pas non plus à l’État de prendre en charge les dégâts causés par la toxicomanie par exemple. Si la drogue est dépénalisée, que chacun prenne ses responsabilités et que ceux qui en consomment assument les conséquences de leur choix sans obliger les autres à payer pour les dégâts causés. La compassion est une vertu morale qui humanise la société mais pas la solidarité obligatoire, ni la redistribution forcée. Une société humaine se doit moralement de prendre en considération les plus faibles, ceux qui sont plus fragiles face à la vie. Mais la société, ce n’est pas l’État. Là encore, les familles, les communautés privées, religieuses ou non, seront toujours mieux à même d’accueillir la misère humaine et d’exercer la solidarité que n’importe quel appareil administratif d’État.
Tu l’auras compris, je ne suis pas de ces conservateurs, religieux ou républicains, qui sacralisent l’État et attendent de lui le salut. Je considère même que cette attitude est profondément contraire au christianisme authentique auquel je suis attaché. Malheureusement depuis longtemps, les catholiques se raccrochent à l’État et à la coercition dans l’espoir de sauver l’ordre social. Ils ne comprennent pas qu’ils accélèrent ainsi la décomposition de la société et leur propre disparition. Mais je ne suis pas non plus de ces libertariens libertins, qui s’imaginent naïvement que tout ce qui est légal est moral et qui invoquent la formule relativiste, « à chacun sa vérité », comme une vérité éternelle…

Bien amicalement !

ps : je n’ai pas voulu alourdir ce message par des considérations historiques. Mais pour ceux qui le souhaitent, j’ajoute que ma position s’inspire de celle des libéraux classiques français de Say à Molinari en passant pas Constant, Tracy ou Bastiat. Aujourd’hui aux Etats-Unis, on trouvera l’équivalent chez les paléo-libertariens : Murray Rothbard, Lew Rockwell, Walter Block, Thomas Woods, Hans Hermann Hoppe, Ron Paul et Rand Paul, proches du Mises Institute. On pourrait citer aussi bien le think tank Acton Institute ou le journal de Pat Buchanan : American Conservative.

Lire la réponse de Kaplan

Publicités

2 Réponses

  1. Deux remarques sur ce qui est écrit.
    D'abord, la morale a des sources utilitaristes. Elle a été conçu dans un but: la vie en société. Par exemple, le mariage. C'est une situation où un homme et une femme sont liés juridiquement (et religieusement obligatoirement à une autre époque). Avec donc des obligations l'un envers l'autre, définies par la loi aujourd'hui, la morale hier. En même temps, aujourd'hui, il y a des avantages, que sont la communauté de revenus, en cas d'inégalité dans ce domaine, ou les mutations dans la fonction publique, le rattachement à la sécu d'un conjoint, etc.
    Lier ainsi deux être est une atteinte grave à la liberté. Il faut donc une justification forte.
    Cette justification, c'est le foyer. Le couple compose un foyer qui pourra procréer et élever une progéniture. C'est la perpétuation et le développement de l'espèce. J'emploie exprès des termes peu romantiques pour souligner l'aspect purement utilitaire du mariage. Même des couples qui ne peuvent pas avoir d'enfant composent un foyer susceptible d'en élever, en cas de décès dans la famille par exemple. A ce titre, la famille a un rôle dans la chaîne de solidarité d'ailleurs.
    Deuxième remarque sur le conservatisme. Sa définition est très variable. La plus connue est le conservatisme religieux, associé à une attitude de rejet de tout changement. C'est le conservatisme tel qu'Hayek le rejette.
    Mais ce peut être aussi une attitude pragmatique d'attachement aux traditions qui ont fait leurs preuves, aux règles et modes de vie qui ont prouvé leur efficacité, sans rejeter le changement s'il apparaît utile. Le conservatisme s'oppose là simplement à l'attitude qui consiste à rejeter tout ce qui relève du passé, sans discernement ni réflexion.

  2. Merci Vladimir pour ce commentaire qui rejoint la réponse de Kaplan à lire ici : http://ordrespontane.blogspot.com/2011/11/deuxieme-lettre-nicomaque.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :