Publicités

Le libéralisme sexuel selon Houellebecq

En relisant le premier livre de Houellebecq, Extension du domaine de la lutte, je tombe sur cette tirade qui résume bien son intuition profonde :

« Du point de vue amoureux Véronique appartenait, comme nous tous, à une génération sacrifiée. Elle avait certainement été capable d’amour ; elle aurait souhaité en être encore capable, je lui rends ce témoignage ; mais cela n’était plus possible. Phénomène rare, artificiel et tardif, l’amour ne peut s’épanouir que dans des conditions mentales spéciales, rarement réunies, en tous points opposées à la liberté de mœurs qui caractérise l’époque moderne. Véronique avait connu trop de discothèques et d’amants ; un tel mode de vie appauvrit l’être humain, lui infligeant des dommages parfois graves et toujours irréversibles. L’amour comme innocence et comme capacité d’illusion, comme aptitude à résumer l’ensemble de l’autre sexe à un seul être aimé, résiste rarement à une année de vagabondage sexuel, jamais à deux.

En réalité, les expériences sexuelles successives accumulées au cours de l’adolescence minent et détruisent rapidement toute possibilité de projection d’ordre sentimental et romanesque ; progressivement, et en fait assez vite, on devient aussi capable d’amour qu’un vieux torchon. Et on mène ensuite, évidemment, une vie de torchon ; en vieillissant on devient moins séduisant, et de ce fait amer. On jalouse les jeunes, et de ce fait on les hait. Cette haine, condamnée à rester inavouable, s’envenime et devient de plus en plus ardente ; puis elle s’amortit et s’éteint, comme tout s’éteint. Il ne reste plus que l’amertume et le dégoût, la maladie et l’attente de la mort. »


J’aime bien ce jugement de Pierre Cormary sur Houellebecq :

« Houellebecq, c’est le type qui a toutes les tares de son époque mais qui ne s’en félicite pas. Qui souffre de faire ce qu’il ne veut pas et de ne pas faire ce qu’il veut. Mais qui refuse de se faire le militant de ses tares, de légaliser ses aberrations. Qui pourrait dire « je suis allé dans les partouzes car je suis un connard, j’ai quitté ma femme car je suis un minable, j’ai fait avorter ma maîtresse car je suis un salaud. » Houellebecq (se) constate et déprime. Il est ce pécheur modèle qui ne peut sortir de sa fange mais au moins reconnaît qu’elle en est une. En ne créditant pas ce que son corps fait, au moins prouve-t-il qu’il a une âme. Pour la modernité qui confond les désirs et la volonté et qui croit qu’il suffit de se contenter d’être soi pour être beau, bon et vrai, l’homme sans qualités mais non sans morale à la Houellebecq peut paraître hypocrite alors qu’il est d’une rare probité spirituelle. Quand on boite, l’important est de marcher droit en esprit – car un corps boiteux nous irrite moins qu’un esprit boiteux etc. Houellebecq est ce qu’il est mais pense et écrit contre ce qu’il est. S’il est malade, son point de vue sur la maladie est sain. Et c’est pourquoi on l’aime ! Envers et contre tout, il reste vivant. C’est le dernier des vivants. »

Lire un autre de mes articles sur Houellebecq : ici
Publicités

Une Réponse

  1. J’ai lu votre blog avec intéret. Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :